Esseiva.fr » psychologie » Biais cognitifs : qu’est-ce que les biais cognitifs ?

Biais cognitifs : qu’est-ce que les biais cognitifs ?

Un biais cognitif est un mécanisme relié à la pensée, qui a pour conséquence une déviation du jugement. Quand on dit biais on évoque une déviation systématique de la pensée logique et rationnelle par rapport à la réalité. L’étude des biais cognitifs connaît l’intervention de plusieurs sciences, comme la psychologie cognitive, la psychologie sociale et les sciences cognitives. Ces dernières sont arrivées à identifier de nombreux biais cognitifs de l’esprit humain à travers divers domaines, à savoir : la perception, les statistiques, la logique, la causalité, les relations sociales, etc. Les biais cognitifs sont souvent utilisés pour passer des messages, voire même influencer. Les publicités, par exemple, utilisent beaucoup les biais cognitifs pour faire passer le message.

Quels sont les biais qui nuisent à la pensée rationnelle ?

Certains biais cognitifs sont plus fréquents que d’autres. Voici la liste des biais cognitifs les plus fréquents :

  • Le biais de confirmation : c’est ne prendre en considération que les informations qui correspondent à nos croyances.
  • Le biais de croyance : croire aux conclusions si elles correspondent à nos croyances, bien qu’elles soient illogiques.
  • Le biais d’autocomplaisance : c’est s’attribuer le mérite de ses réussites et attribuer les échecs aux facteurs extérieurs défavorables.
  • L’erreur fondamentale d’attribution : c’est surestimer les facteurs personnels pour expliquer le comportement des autres.
  • L’effet de halo : par exemple, une personne belle physiquement est perçue comme intelligente et digne de confiance.
  • Le biais rétrospectif : c’est la surestimation d’un événement survenu.
  • L’excès de confiance : c’est la surestimation de ses capacités.
  • Le biais de négativité : c’est la tendance à donner plus d’importance aux expériences négatives qu’aux expériences positives.
  • L’aversion de possession : attribuer une plus grande valeur à un objet qu’on possède qu’un objet de ême valeur qu’on ne possède pas.
  • L’illusion de corrélation : c’est faire un lien entre deux événements non-reliés, ou encore exagérer une relation qui est faible en réalité.
  • Le biais de cadrage : c’est être influencé par la manière dont un problème est présenté.

Nous n’avons cité que quelques exemples de biais cognitifs, mais vous pouvez trouver pleins d’autres exemples sur des PDF où vous aurez plus de détails et d’informations.

Comment éviter les biais cognitifs ?

Les biais cognitifs sont des pièges de la pensée, ils ont tendance à détruire la personnalité, il est donc important de les éviter. Pour procéder à cela, il faut d’abord démarquer vos préjugés. Les préjugés sont le fondement principal des biais cognitifs. Il faut d’abord les démasquer et les changer en idées positives. Dans des cas plus compliqués et plus avancés, une consultation chez un psychologue ne vous ferait pas de mal, mais avant cela il faut avouer et reconnaître vos défauts et les assumer pour enfin pouvoir les traiter.