Esseiva.fr » Vos documents administratifs » Calcul indemnité chômage : quelles sont les règles de calcul ?

Calcul indemnité chômage : quelles sont les règles de calcul ?

Pour avoir droit à l’indemnité chômage, la condition la plus importante à respecter est d’avoir perdu son emploi de façon involontaire. Il faut de plus remplir un certain nombre de critères supplémentaires. Elle est calculée sur la base des primes et revenus touchés dans les 12 mois qui précèdent la perte d’emploi.

Que faut-il remplir comme conditions pour bénéficier d’une indemnité chômage ?

L’indemnité chômage ne peut être perçue que si l’employé a perdu son travail de manière involontaire. Cela peut être le cas suite à :

  • Un licenciement personnel
  • Un licenciement économique
  • Une révocation
  • Un CDD ou contrat d’intérim qui a pris fin
  • Une rupture conventionnelle de CDI
  • Une démission légitime à condition de fournir la preuve que l’employé ne pouvait pas faire autrement.

En dehors de la façon dont l’emploi a été perdu, il y a un certain nombre de conditions à satisfaire comme :

  • Il faut avoir travaillé un minimum d’heures ou de jours dans les 28 ou 36 mois qui précèdent la rupture conventionnelle.
  • Il faut démontrer une implication réelle dans la recherche d’emploi et bien entendu, s’être inscrit sur la liste des demandeurs d’emplois.
  • Le potentiel bénéficiaire doit avoir les capacités physiques qui l’autorisent à exercer un travail.
  • Il ne doit pas avoir l’âge de partir à la retraite ou avoir suffisamment cotisé pour prendre sa retraite.

Comment se fait le calcul de l’indemnité chômage ?

Le calcul est assez simple. Il prend en compte le SJR, autrement dit le salaire journalier de référence. Il s’agit de l’ensemble des salaires et des primes qui ont été touchés par l’employé dans les 12 mois qui précèdent son départ. En revanche, les différentes indemnités (comme l’indemnité de licenciement et l’indemnité de rupture conventionnelle ne sont pas comptabilisées). Les règles de calcul sont les suivantes :

  • Pour les salaires les plus faibles, l’allocation journalière représente 75% du SJR.
  • Pour les autres, l’allocation journalière retenue est la valeur la plus importante entre 57% du SJR ou 40,4% du JR + 11,92 euros.

Le plancher de cette allocation est de 29,06 euros. Bien que le calcul se fasse sur une journée, l’allocation est versée mensuellement en multipliant l’allocation journalière par le nombre de jours de chaque mois. Cela signifie que le montant perçu est sensiblement différent d’un mois à un autre.

Il convient aussi de noter que l’ARE ou l’aide au retour à l’emploi est soumise à l’impôt sur le revenu, aux participations sociales et aux cotisations à la retraite complémentaire. Ce sont 3% de l’ARE qui vont à la retraite complémentaire. Les prélèvements sociaux ne concernent que les indemnités qui sont supérieures à 49 euros/jour ou qui restent supérieures à ce montant suite au prélèvement.

Des articles à consulter :